image

ESPACE PRESSE




« Les IAE veulent à la fois « renforcer leur poids à l’université » et entrer à la CGE, « pour satisfaire les parents » » – AEF



Les 33 IAE membres du réseau IAE France ont adopté leur projet stratégique 2019-2021, sous l’impulsion de leur nouveau président, Éric Lamarque : la priorité est de « renforcer leur poids institutionnel dans les universités » et de « faire entendre leur voix dans les grandes réformes en cours ». Cela doit notamment passer par une « consolidation de leur statut », qu’ils aimeraient proche de celui des écoles d’ingénieurs. Mais une dizaine d’IAE entend aussi demander l’entrée à la CGE : « Dauphine ou le Celsa y sont », souligne Éric Lamarque. « C’est pour satisfaire les parents que nous le faisons. »   

Élu à la présidence du réseau IAE FRANCE le 23 mai dernier (lire sur AEF info), Éric Lamarque, directeur de l’IAE de Paris (université Paris-I), a présenté le 19 novembre 2018 le « plan stratégique 2019-2021 » du réseau, qui vise à consolider la position des IAE dans leur environnement et à « affirmer l’existence d’un enseignement supérieur public du management et de la gestion de haut niveau, accessible au plus grand nombre ».

« Il n’y a pas de fatalité à payer des sommes élevées pour faire des études de management », insiste Éric Lamarque lors d’une conférence de presse. À ses yeux, en dehors des cinq premières business schools françaises, les IAE devraient constituer « le premier choix des étudiants et des parents », car « les taux de professionnalisation y sont équivalents à ceux des écoles de commerce », « la certification Qualicert est exigeante » et « des associations d’alumni existent dans tous les IAE, à une ou deux exceptions près ».

Outre le renforcement de leurs liens au sein d’IAE France, au travers d’actions communes sur des salons, de la veille juridique, des partenariats internationaux ou des réflexions sur les accréditations, les IAE veulent surtout faire porter leurs efforts sur leur reconnaissance institutionnelle dans leurs universités, explique Éric Lamarque : « Il y a encore beaucoup d’endroits où les IAE ne sont pas très bien traités, soit par méconnaissance des présidents issus d’autres disciplines, soit par la faute des IAE eux-mêmes. Certains universitaires ont tendance à penser que la gestion, c’est dans les écoles de commerce… »

Lire la suite de l’article sur AEF


Actus associées

« Palmarès 2019: succès public pour les masters éco-gestion » – Challenges

9 janvier 2019

Par Valérie Xandry le 31.12.2018 à 14h00 LA COTE DES DIPLÔMES. Les masters d’universités et d’IAE, très professionnels et très accessibles, sont de plus en plus cotés. «Les trois quarts de nos étudiants...

En savoir plus

IAE FRANCE, membre de l’AACSB

13 décembre 2018

Créés en 1956, l’association nationale des IAE – IAE FRANCE, compte désormais 33 IAE membres. Pour renforcer l’impact du réseau et de l’ensemble des écoles à l’international, IAE FRANCE vient...

En savoir plus

Voir tout