image

PAROLES DE DIPLÔMÉS




Interview : Anthony Nobile, diplômé IAE Toulon, expatrié au Canada



Anthony est diplômé de l’IAE TOULON où il a obtenu sa maîtrise en Sciences de Management « Création et reprise d’entreprise » en 2010. Après avoir passé 4 ans à Shanghai, Anthony s’installe au Canada pour suivre sa conjointe et occupe aujourd’hui le poste de Directeur Amérique du Nord, Business Development et Marketing chez SoliCanada (société de manufacture et vente de pergolas). Il nous partage son expérience d’expatrié ! 
 

Quels sont les apports d’un cursus IAE à l’étranger ? En quoi cela a pu t’aider dans ton parcours ?

Cela m’a beaucoup aidé au sein de la communauté française établie à Shanghai (très présente, à titre de comparaison, elle est 3 fois plus importante qu’à Toronto) dans un premier temps. Puis dans mes recherches d’emploi et développement réseau, j’ai pu comparer l’IAE aux écoles de commerce, ce qui permettait à mes interlocuteurs de mieux comprendre mon parcours. Cela dit, bien souvent à l’étranger, peu importe l’école (à moins qu’elle soit locale), on recherche souvent des personnalités et des personnes qui vont faire leurs preuves.

Quelles différences notables constates-tu dans ta profession par rapport à ce qui existe en France ?

Je n’ai jamais travaillé en France, à part en stage. De ce que j’entends, c’est le problème d’évolution rapide et la négociation des salaires qui représentent des obstacles.

Quels sont les caractéristiques de la vie d’expatrié ? Qu’en est-il de la communauté française ?

Si je devais résumer rapidement la vie d’expatrié, c’est une infinité de possibilités et d’opportunités car on amène un élan de nouveauté et de fraicheur par rapport au local ! C’est une ouverture d’esprit énorme et une nouvelle façon de voir le monde, énormément de rencontres, plus de peur des frontières et de partir à l’aventure. Cela dit, c’est également beaucoup de sacrifices, notamment familiaux et beaucoup de démarches administratives selon les pays, pour les visas par exemple. En cas de coup dur, l’éloignement ne nous permet pas de prendre le week-end pour aller se ressourcer auprès de la famille. C’est aussi une nouvelle façon de manger ou d’appréhender la vie de tous les jours et cela peut être plutôt déroutant au début. Enfin, bien souvent vous et votre couple êtes votre seule famille. Après au Québec, l’acclimatation est quand même plus douce que dans d’autres destinations!
 

Comment imagines-tu les perspectives professionnelles au Canada ?

Elles sont très bonnes. Ce qui est très important au Canada, c’est d’avoir une première expérience. Même comme simple vendeur en magasin ou serveur. Cela va vous permettre de mieux comprendre le comportement des locaux (collègues et clients), d’avoir cette fameuse première expérience mais surtout de commencer à vous constituer un réseau. Il n’est pas rare que des jeunes entrepreneurs aient un 2e ou 3e job pour survivre et se lancer. Vous allez peut-être pouvoir dire dans quelques années que vous avez vendu des « Vans » avec le nouveau Steve Jobs, ou qui sait, d’autres !

Des conseils pour un futur expat’ (étudiants ou diplômés) ?

Soyez patients mais ne perdez pas de temps avec des choses que vous ne sentez pas. La vie d’expat’ va souvent plus vite que celle des autres…


Actus associées

Pourquoi intégrer un IAE ? Témoignage d’alumni – Thotis Média

26 septembre 2019

« La richesse du réseau IAE est de proposer plusieurs types de Diplômes. C’est-à-dire que les IAE proposent des Licences et Master en : Finance, Marketing, relations internationales, Ressources Humaines, Commerce international,...

En savoir plus

Portrait de Nicolas Bastuck, Journaliste – IAE Metz 30 ans

5 novembre 2018

L’IAE Metz School of Management fête ses 30 ans cette année, l’occasion pour nous d’aller à la rencontre de ceux et celles qui sont passés sur les bancs de notre...

En savoir plus

Voir tout